Teenage girl lying on grass with her girlfriends

À chaque étape d’orientation, les jeunes se trouvent face au dilemme du choix de la filière. Certains seront déçus par rapport à la vision de leur métier, mais pourront-ils se réorienter et parvenir à déceler la voie correspondant à leurs qualifications et leurs talents ? Avant tout, à quoi est dû le désintéressement pour la voie professionnelle et comment y remédier ?

Indifférence des jeunes

Ainsi, l’une des causes principales justifiant le désintéressement des jeunes de 15 à 25 ans pour l’orientation professionnelle résulte inéluctablement des perceptions culturelles, institutionnelles ainsi que familiales qu’ils ont de ce genre d’initiation. Il s’avère utile de revaloriser la représentation de la voie professionnelle et par conséquent des activités manuelles, et ce, à partir de la maternelle. À ce niveau, il faut que l’organisme éducatif reconnaisse le talent au même niveau que les techniques abstraites ainsi que les expériences. De ce fait, le niveau de l’étudiant ne se calculera plus par rapport aux exercices sur table, mais également sur ses aptitudes et sa dextérité à créer un ouvrage, un bâtiment ou un dessin.

Méconnaissance du métier

De même, on constate à la source de cette déconsidération de la voie professionnelle une ignorance de ces activités. Ceci présume donc en amont un remaniement des plannings scolaires, et ce, à partir de la maternelle, et d’un dispositif d’évaluation en conformité avec les programmes. Sinon, il faut orienter l’univers de l’enseignement à celui de la société et voire même programmer des rencontres entre les professeurs, les étudiants, les parents ainsi que les chefs d’entreprise mais aussi au niveau des propositions de formation et surtout celles dépendant beaucoup des politiques régionales. Malheureusement, les jeunes, durant leur orientation, ne sont pas partant pour changer de territoire pour y apprendre leur spécialité favorite.  De ce fait, il s’avère primordial de privilégier le recours à des initiations professionnelles manquantes dans certains endroits, d’instaurer des indemnités spéciales dont pourrait jouir le jeune telles que les indemnités de transports et les gratifications pour passer le permis de rouler, etc.