shutterstock_404580601

Il ne s’agit pas d’un diplôme professionnel qui prépare à la filière droit. C’est un parcours d’initiation aux notions juridiques fondamentales basé sur un enseignement général du droit. L’accès à cette préparation se fait en fonction de l’âge et ne tient pas compte du niveau d’études.

L’organisation de la capacité en droit

La première phase concerne le retrait et le dépôt de candidature incluant le dossier de demande de validation. Le dossier subit l’évaluation de l’université, suivi d’un test d’aptitude et de contrôle des connaissances et des aptitudes personnelles du postulant. D’une durée de deux ans, la capacité en droit peut faire l’objet de cours du soir au sein des UFR de droit, par correspondance via le CNED ou par le biais d’instituts privés. La 1ère année intègre le droit privé et le droit public. La 2ème année intègre des cours de procédure civile, de voie d’exécution, de droit pénal, de droit administratif et de droit social. Des épreuves écrites et orales terminent les deux années.

L’après capacité en droit

Après l’obtention de la capacité en droit sur une note moyenne de 10 sur 20 au minimum, le postulant peut opter pour une L1 de droit. Celui qui aura obtenu une moyenne de 15 sur 20 est directement dirigé vers une L2. Un DUT carrières juridiques et judiciaires est accessible avec une moyenne de 12 sur 20. Sur le marché du travail, l’emploi de secrétaire juridique, les métiers juridiques dans la banque, l’immobilier, les assurances ainsi que les concours de la fonction publique de catégorie B sont désormais ouverts pour les titulaires d’une capacité en droit. La capacité en droit permet de bénéficier également de la VAE pour un parcours professionnel de 3 ans d’expériences salariées ou bénévoles. La validation des acquis professionnels est reconnue par les instituts spécialisés de l’enseignement supérieur.